Le sens de notre voyage

Capture d’écran 2013-12-10 à 10.42.16

DE BERLIN A CONSTANTA: DES PORTRAITS CULINAIRES

A l’origine de ce projet, l’amour de la cuisine, transmis par nos familles et particulièrement nos grand-mères, l’envie d’explorer notre propre continent, et notre goût commun pour le dessin, la photo, l’art du carnet de voyage et le vélo.

Tout juste diplômées, avides de voyages et de découvertes, nous partons à la rencontre des grand-mères européennes et de leurs savoir-faire culinaires. L’objectif de ce projet est de récolter et transmettre des recettes, des récits de vie, des portraits de famille.

A l’heure où l’unité européenne et la richesse de sa diversité sont questionnées, nous nous intéressons à un territoire peu connu et souvent sujet à clichés: l’Europe de l’est, de l’Allemagne à la Roumanie. Quoi de mieux pour cela que de passer par un élément essentiel de notre quotidien à tous: la cuisine!

Il existe des clichés sur la cuisine de chaque pays, mais les réalités sont toujours plus complexes et faites de multiples histoires individuelles, familiales et régionales. Les identités alimentaires sont fortes. Il n’est pas rare que les exilés continuent dans leur terre d’adoption à cuisiner les plats de leur enfance et de courir après les aliments qui leur manquent sur place. C’est cette réalité multiple et riche à la rencontre de laquelle nous souhaitons partir.

Dans notre projet, nous souhaitons nous intéresser aux recettes mais aussi à l’aspect cérémoniel qui entoure celles-ci, c’est à dire pendant, avant et après le repas. “Dans ce qu’il consomme, l’homme se révèle, mais aussi dans la façon dont il consomme”1.

Capture d’écran 2013-12-10 à 10.41.42

Le voyage se fera à vélo, mode de transport écologique, autonome et économique, de Berlin à Constanta, via la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie…

Nous nous invitons à la table de nos voisin(e)s européen(ne)s !

1Perlès Catherine. Les origines de la cuisine. In : Communications, 31, 1979. La nourriture. Pour une anthropologie bioculturelle de l’alimentation. p.4
Share this post
  • Twitter
  • Facebook

    Laisser une réponse