Budapest, Part I, familles, festins et palinka

Budapest, Part I, familles, festins et palinka

Le 18 mai

Nous prenons le train jusqu’à Komarno en Slovaquie pour nous rapprocher de la Hongrie où nous sommes attendues. Il n’y a certes pas d’ascenseur à la gare centrale de la capitale du pays mais le train que nous prenons, lui, est doté d’un réseau WiFi !

A Komarno, nous retrouvons très facilement l’eurovelo et bien que nous la perdons à plusieurs reprises, l’itinéraire n’est pas bien compliqué puisqu’il suffit de suivre de près ou de loin le Danube. A l’arrivée vers Esztergom, qui se trouve de l’autre côté de la frontière en Hongrie, nous perdons l’eurovelo et tombons dans une impasse qui se présente sous la forme d’une immense usine abandonnée, agrémentée de multiples panneaux “do not pass”. On fait semblant de ne pas comprendre l’anglais car le comprendre signifie faire demi tour dans des chemins pendant une bonne dizaine de kilomètres pour aller rejoindre la route. Lucie part en exploratrice et revient très vite en courant et paniquée; elle  est poursuivie par un petit gang de bébés renards en train de jouer ! Une fois ce “danger” écarté, nous réussissons à poursuivre notre chemin et à franchir les grillages qui ont déjà bien été abîmé par le passage de vélos égarés. Il ne nous reste plus qu’à franchir le pont et nous voilà à Esztergom, une belle  ville hongroise possédant une très belle basilique.

Le 19 mai

Départ d’Esztergom en direction de Budapest. Le Danube nous réserve quelques surprises aujourd’hui : il a débordé et va même jusqu’à bloquer complètement notre piste cyclable par endroit. Après un passage les pieds dans l’eau, on est obligée de passer un moment sur la route, nous devons à deux reprises prendre un ferry pour passer de l’autre côté du fleuve. En tous les cas, ces débordements semblent être fréquents car toutes les maisons près de la berge sont conçues sur pilotis. Nous arrivons à Szentendre où nous passons la nuit dans le sympathique camping de Pap Zsieget.

PhotoGrid_1402232626606

Le 20 mai

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Lucie, elle a 25 ans. Alors pour fêter ça, on va manger des glaces à Szentendre avec Hélène (la maman de Claire) et Dominique (sa tante) qui nous ont retrouvées au camping le matin même. Elles sont venues en Hongrie car Claire a de la famille éloignée par ici et c’est l’occasion de rencontrer tout le monde grace à Dominique qui vient en Hongrie depuis des années, bien avant la fin du communisme et qui a pu aussi suivre tous les changements que le pays a connu à travers les ans.

PhotoGrid_1402232468774

Après la visite de Szentendre, nous remontons sur nos vélos le temps de faire les derniers kilomètres jusqu’à Budapest :  arrivée en plein centre de la ville par les berges, beaucoup de voitures mais quand même des pistes cyclables. La ville est séparée en deux rives Pest et Buda qui étaient autrefois deux villes séparées . Côte Pest, plein de colines et de montée à travers de grands arbres, c’est par là que nous nous dirigeons, nous sommes invitées avec Hélène et Dominique à manger chez Édith une des grandes grands mères de la famille, qui nous a préparé un petit festin et de très très bons gâteaux . Nous démarrons le repas avec un verre de palinka , de l’eau de vie qui, nous allons le découvrir très vite, se boit toujours à l’apero en Hongrie.

PhotoGrid_1402232996578

Nous repartons de chez Édith avec Titine et Gabbor qui habitent à l’extérieur de Budapest, à Erd et nous hébergent pour quelques jours. Le lendemain nous passons la journée à flâner dans Budapest et testons la très bonne soupe de cerise froide. Le soir, retour chez Titine et Gabbor et nous cuisinons la fameuse soupe de gulyas sur le feu dans le jardin et du vargabeles en dessert.

Pour Claire, le week-end famille se poursuit avec de nombreux repas, plein de bonne nourriture, le tout bien arose dans les différents coins de Budapest et branches de la très grande famille hongroise.

Une autre séance de cuisine avec Agi avec au menu Csirke Porkolt (poulet au paprika), Sparga Leves (soupe d’asperge – Agi précise que ce n’est pas un plat traditionnellement en hongrois car les asperges ne le sont pas, mais puisque c’est succulent ce n’est pas grave!), Nokedli , Eper Parfe (glace aux fraises faite maison). Encore un petit festin dont nous avons hâte de vous faire partager les secrets !

PhotoGrid_1402238651571

Share this post
  • Twitter
  • Facebook