A la decouverte de la Republique Tcheque

A la decouverte de la Republique Tcheque

Après ces trois premières semaines en Pologne, nous voici depuis 10 jours en République Tchèque! Nous passons la frontière au niveau d’Harrachov, ville-station de ski pas très intéressante, première nuit au camping (il y en aura beaucoup d’autres), direction Jablonec.

29.04

Départ en montée pour la grande journée traversée de le Bohême ( ou “Bohemian Paradise” selon les centaines de prospectus que nous distribuent les Tchèques sans cesse!) Nous suivons le chemin de Jana et José V. Scheybal, deux ethnographes qui ont consacré leur vie aux traditions et culture de cette région. Du coup, très chouette chemin dans les bois et les collines jusqu’à Turnov. Et toujours, des châteaux, partout (la République Tchèque a le plus grand nombre de châteaux par habitant), des champs de colza et des rivières rouges cuivre. A Turnov, nous demandons à rencontrer la Ph. Dr. Vladimira Jakoubeova, directrice du musée et auteur d’un ouvrage plein de dessins sur les traditions et la cuisine de la région. La rencontre sera très courte car elle ne semble pas vraiment comprendre le sens de notre recherche de recettes traditionnelles et nous oriente vers un restaurant traditionnel touristique… Ce sentiment d’incompréhension et de manque d’intérêt pour notre projet va malheureusement persévérer durant notre première semaine ici.

Montage RP

A la rencontre des Tchèques:
Contrairement à la Pologne où nous avons rencontré tant de monde, il nous a été beaucoup plus difficile de créer des liens et de nous faire ouvrir les portes des cuisines en République Tchèque. Nous avons pourtant contacté de nombreuses associations, des familles sur couchsurfing et warmshower, ou avons simplement parlé directement de notre projet autour de nous. Mais même avec la petite présentation de notre projet dans leur langue maternelle, les Tchèques ne semblaient pas comprendre ce que nous cherchions. Nous avons commencé à un peu désespérer de réussir à récolter des recettes de grands mères tchèques… Heureusement que nos rencontres avec les grandes familles de Stepan puis de Klara (à suivre), ont complètement changé la donne!

En attendant, on a bien profité du magnifique paysage de la région.

02, 03, 04.05

Après les montagnes de la frontière polonaise nous avons eu le temps se souffler quelques jours sur le plat aux alentours de Prague. En repartant vers l’est et à l’approche de Kutna Hora, ville classée au patrimoine de l’Unesco pour son vieux centre et ses cathédrales, nous arrivons dans les montagnes Zelezni, succession de collines, de forêts et de lacs. Les villages sont plus chaleureux par ici, et ils possèdent, comme en Angleterre de sympathiques auberges , lieu de rencontre de toutes les générations. Nous croisons aussi de jolies maisons traditionnelles aux armatures en bois – colombages. C’est aussi dans cette région charmante que nous sommes enfin reçues chez des tchèques !

P1080051_resized

05.05

La famille de StepanBorovà) dans la grande ferme familiale: sept enfants, trois chats-calins et un cheval, une maison pleine de vie et de sculptures de sa maman Maria, artiste. Stepan nous raconte l’histoire de sa famille, de la région et son enfance durant les dernières années du communisme, lorsqu’il devait garder les mains croisées derrière le dos tout le long des cours. Et aujourd’hui encore: les discussions sans fin sur qui a profité de la vague de privatisation, la remise en cause des décrets Beneš (http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9crets_Bene%C5%A1), les clivages politiques entre Vaclav Havel et Vaclas Klaus, la “protection” des intérêts tchèques pour les élections européennes etc. Et au milieu de toutes ces discussions, nous avons bien sûr goûté à des recettes tchèques: la soupe à l’aneth et l’Houbový kuba (plat à base d’orge et de champignons des bois)

Stepan Borova07.05

Et enfin, à Vilanec (région de Jihlava), nous rencontrons Klara et sa famille! Pour une fois, pas besoin de traducteurs: les parents de Klara parlent parfaitement francais après quelques années passées dans la région de Dunkerque. Klara aussi d’ailleurs! Maman-Maria nous montre comment laisser fermenter le choux pour faire sa choucroute soi-même, et Mamie-Maria, au départ assez réticente car trop agée et fatiguée pour participer a notre projet, nous rejoint finalement avec un grand sourire pour cuisiner avec nous, nous faire visiter sa chambre, nous montrer les peintures de son mari décédé bien trop jeune et discuter! Nous repartons avec le ventre plein, des histoires dans la tête et les recettes de la soupe Zely Kyselica et des beignets tchèques Ovocné Knedliky.

Klara Vilanec

Direction Brno!

Share this post
  • Twitter
  • Facebook